Questo sito utilizza cookie tecnici necessari al funzionamento. Se vuoi saperne di più o negare il consenso a tutti o a ad alcuni cookie, consulta la cookie policy

Ce que nous faisons

Senegal

ce que nous avons accompli

RE.TE. au Sénégal a travaillé à Louga et à Dakar.

La région de Louga représente un grand bassin d'émigration pour le Sénégal. Depuis quelques années, les producteurs remarquent de plus en plus une très faible quantité et qualité de semences. Toutes ces difficultés ont contribué à la diminution de la productivité, qui décourage les producteurs et encourage l'exode des jeunes vers les centres urbains ou à l'étranger, contribuant à l'abandon et à l'appauvrissement des zones rurales. Le développement rural ne peut passer que par une productivité agricole accrue et une gestion environnementale améliorée. Sur la base de la connaissance du territoire, il a donc été jugé approprié d'intervenir pour soutenir le développement de productions intégrées / biologiques et le renforcement des associations d'agriculteurs et de leurs associés, tout en opérant dans une logique de coopération entre le secteur public (Université et Autorités pour la protection du territoire et des forêts) et le monde des petits producteurs associés, afin de faciliter la diffusion des technologies et des méthodes de culture biologique / intégrée.

Les banques de semences communautaires sont soutenues dans de nombreuses régions d'Afrique pour récupérer les pratiques d'utilisation, d'économie, d'échange et de vente de semences des agriculteurs. La conservation, les pratiques traditionnelles de sélection des variétés, le stockage et la valorisation des variétés sauvages sont très importants pour rétablir l'organisation et la diversité répondant aux besoins alimentaires, socio-économiques et écologiques. Les banques communautaires peuvent soutenir les efforts communautaires à cet égard, permettant aux agriculteurs d'avoir accès aux semences. Un comité de gestion spécialement formé est responsable de la collecte, de la distribution et de la rédaction d'un registre des activités, des inventaires et des rapports. Il est également formé sur les lois régissant les ressources phytogénétiques, la protection de la biodiversité et la propriété intellectuelle.

Le projet «Création d'une banque de graines de niébé et d'arachides dans la région de Louga» a permis de reconstituer une partie de la capitale semencière régionale, à travers l'acquisition de semences sélectionnées, dont le cycle végétatif correspond au système écologique de la région de Louga. Le projet représente une application pratique des projets précédents et est cofinancé par la Région Piémont et avec la collaboration des laboratoires de biologie de l'Université de Dakar, après l'expérimentation et la production de mycorhizes qui, grâce à leurs propriétés, favorisent le développement du système racinaire des plantes et une augmentation de la substance organique des sols, contribuant à lutter contre la désertification en cours dans la zone sahélienne et à promouvoir et diffuser l'utilisation des mycorhizes et les techniques d'agriculture biologique / intégrée.

Il a également mis en œuvre le projet « Création de compétences et de métiers à travers la production de sacs en toile et le tressage artisanal par des personnes avec handicap de la ville de Louga ». Le projet a créé des opportunités d'emploi pour les personnes avec handicap dans la région de Louga, grâce à la production artisanale. En outre, une logique de réduction des déchets est maintenue, puisque les sacs et paniers produits servent également d'alternative aux sacs en plastique. Ceci est conforme à la sensibilité montré par l'administration municipale de Louga sur la question de la pollution causée par les sacs en plastique et la nécessité d'éliminer leur utilisation sur le territoire. Les opérateurs concernés ont formé un GIE (Groupement d'intérêt économique) qui, en plus d'offrir un emploi continu aux personnes habituellement exclues du marché du travail, ce qui permet la reprise et la relance des techniques et des pratiques traditionnelles et le développement d'activités supplémentaires et de service pour les membres.

Au cours de la dernière décennie, Dakar a souffert de l'écart croissant entre le rythme de l'urbanisation (extension d'agglomération) et le développement urbain lié à la construction d'infrastructures et de services par le biais d'un plan approprié. Cela a conduit, malgré les différentes politiques de l'État, à une prolifération des implantations sauvages, créant ainsi une juxtaposition de zones: la zone des bâtiments et des maisons, les maisons de la zone spontanée régulière et l'immigration clandestine, et enfin la zone urbanisée du village. Les Parcelles Assainies est une banlieue d'environ 200 000 habitants, située dans la périphérie immédiate de Dakar et sur l'axe d'expansion de la ville. Semblable à une tortue, elle a été divisée en unités de voisinage.
L'axe principal de l'intervention à Parcelles Assainies, avec l'ONG MAIS, a porté sur la formation professionnelle dans le secteur informel et l'emploi conséquent des jeunes. L'objectif du projet était le soutien à l'inclusion des groupes de jeunes de la Commune d'Arrondissement des Parcelles Assainies, à la périphérie de Dakar, dans les activités génératrices de revenus.
Les actions menées font partie de trois catégories principales:

1) Activités de formation et stage

2) Renforcement institutionnel et participation au développement local

3) Renforcement du fonds d'épargne-crédit et formation à la gestion de la micro-entreprise.

Les projets mis en œuvre au Sénégal ont été possibles grâce au financement de la région du Piémont et du Ministère des Affaires étrangers.

More in this category: « Mali

RE.TE. ong via Norberto Rosa 13/a 10154 Torino Tel: +39 011 7707388 Fax: +39 1782725520 reteong@reteong.org